Bonus 110Banner 50 euros
Meilleurs buteurs des championnats EuropéensLionel MessiMeilleurs footballeursExplications du footballFootball économie salaireChampionnat d'Europe 2012 en Pologne et UkraineLive ScoreTous les classements

Football » A la Une, Championnat d'Europe UEFA, Equipe de France » EDF : Huit mois pour apprendre à jouer ensemble
Netbet Sport fr

Les Bleus ont obtenu leur qualification pour l’Euro sans projet de jeu. Cela ne suffira pas pour briller en 2012.

Jérémy Menez, l'homme en forme des Bleus.

Ca y est. C’est fait. La France a obtenu son billet pour l’Euro. Les plus optimistes penseront certainement que l’objectif est atteint, que la manière passe au second plan, que cette qualification, l’équipe de France l’a obtenu sur le terrain et qu’elle est méritée.

Les autres sont en droit de se poser un certain nombre de questions, dont la principale porte sur le projet de jeu. Hier soir, au Stade de France, face à la Bosnie-Herzegovine, 22e nation au classement FIFA, les bleus ont paru bien délavé. Sur le plan de l’engagement, de la technique, du physique, les Bosniens ont été bien supérieurs. L’égalisation de Nasri sur penalty est l’arbre qui cache la forêt. Sur ce coup là, les tricolores peuvent remercier Spahic.

Mis à part sur coups de pied arrêtés et sur quelques percées de Menez, les protégés de Laurent Blanc ont été inexistants, absents, dominés. Ils ont évolué avec la peur au ventre. Ne pas savoir gérer la pression risque de s’avérer la principale difficulté française en Pologne et en Ukraine. Si le principal souci des Bleus se situait uniquement dans les têtes, une bonne équipe de psychologue pourrait faire l’affaire.

Aucun automatisme

Mais il semble que, comme sous l’ère Domenech, les Tricolores ne savent pas jouer ensemble. Et ce problème est récurrent dans toutes les lignes. La défense a été hésitante à de nombreuses reprises. Le but de Dzeko en est le parfait exemple. Au milieu, M’Vila a fait ce qu’il a pu pour récupérer des ballons qui finalement ont été rapidement rendus à l’adversaire. Le potentiel offensif de l’équipe n’a jamais été exploité, sauf dans les vingt dernières minutes. Et pourtant, les Bosniens, trop lents derrière, paraissaient dépassés à la moindre accélération.

Quel avenir pour ce groupe ? Que peut-il espérer en 2012 ? Si les choses en restent là, les Bleus ont peu de chance de s’illustrer à l’Euro. Maintenant, il reste plusieurs matches amicaux pour trouver des automatismes et proposer un véritable projet de jeu. Les Français en ont les moyens techniques et un staff qui peut les accompagner dans cette dynamique. Il leur reste huit mois.

Commentaires

avis...

Pour continuer la lecture

A votre avis?